Le passage de la frontiere entre la Thailande et la Laos par le nord est tout a fait sympathique : 2 secondes de paperasse cote Thai, un petit coup de bateau longue queue pour traverser le Mekong et hop, nous voila au Laos ! Meme du cote laotien ils sont supers efficaces et notre cas est regle en quelques minutes. C'est presque trop beau. Ils nous souhaitent meme la bienvenue, je reve ! Mon pere a oublie de prendre des photos d'identites avec lui pour se faire faire son visa ? Pas de probleme, une photocopie de la photo de son passeport fera l'affaire ! Ils sont vraiment trop cools.

Ce petit village de la frontiere est bien agreable. Deux villages se partagent le groupe electrogene et ils ont l'electricite un jour sur 2 ! Ce soir la, tout le village (sauf les hotels) est a la bougie, c'est assez surprenant !
Notre auberge a une terrasse qui donne sur le Mekong, ce fleuve mythique, c'est vraiment chouette, nous y faisons une pause "Mon Cheri" (chocolats ramenes par mon pere de France, il faut manger sinon ils fondent !!).
Nouvelle monnaie : Le Kip (10 000 kip = 1 dollar, encore un pays ou on va etre millionnaires !)
Nouvelle cuisine aussi : Notre premier repas laotien fut assez drole : il y avait tellement de piment dans les plats qu' on avait le nez qui coulait , et la biere locale n'y faisait rien ! OK on a compris la lecon, ici il faut demander "pas epice" !
Mais si on parle de manger alors ce qui m'a saute aux yeux en arrivant, vous ne devinerez jamais ce que c'est : la Vache qui Rit ! Oui oui, vous avez bien lu ... Moi qui n'ai pas mange de fromage depuis 8 mois , je crois rever ! Je n'en mange jamais en France(c'est pas terrible non ?) mais la c'est comme si c'etait du caviar ! Et avec du pain en plus. Et oui, il se trouve que le Laos fut un protectorat francais de 1890 a 1945, du coup ils ont garde certains produits , on trouve aussi du cafe et meme des croissants, quelle bonne surprise !
Lors de cette premiere journee decouverte, nous nous etonnons aussi de voir certains panneaux ecrits en laotiens et en francais (les ecoles, les banques, assurances, administrations), un peu comme on peut le voir au Vietnam aussi.

2 jours sur le Mekong.

Nous avons 2 alternatives pour rejoindre la ville de Luang Prabang (ancienne capitale du Laos) : le bateau rapide (6 heures) ou le lent (2 jours !!). Ca peut vous paraitre bizarre mais nous avons choisit le deuxieme. Plus agreable.
A 8h30 nous voici devant l'embarquadere : notre bateau est une grande barque en bois rudimentaire avec des bancs en bois et un espace sans rien au fond. Entre l'option "inconfortable" et l'option "tres inconfortable" , nous choisissons de nous vautrer par terre au fond, au moins on pourra s'allonger pour lire. Le bateau est parti avec plus de 2 heures de retard sur l'horaire, sans explication, ca stresse un peu mon pere et ca m'amuse beaucoup ! (en voyage la notion du temps change beaucoup, on est moins a cheval sur ces choses la, on a le temps...)
Dans notre bateau rustique, il y a environ 20% de laotiens, d'autres montent en cours de voyage lorsque le bateau s'arrete dans les villages du bord du fleuve. On transporte aussi des tonnes de marchandises et fruits en tout genre.
Vue de l'arriere du bateau :

Le paysage est tres beau, avec ces etranges et enormes rochers qui sortent de l'eau. Les buffles se baignent (ils ont des buffles roses ici !!) , les pecheurs lancent leurs filets, les chercheurs d'or secouent leurs tamis et on a meme vus 2 elephants !
Le bateau est vraiment lent : 6 heures de navigation le premier jour et 7 heures le second. Puisqu'on mange a bord, on en profite pour faire du troc avec nos voisins laotiens : ils me font gouter leur riz gluant avec le poulet hache a la menthe, en echange, je distribue du super bon chocolat noir qui vient de France. Pendant que j'essaie d'apprendre des rudiments de laotien, mon pere est en extase devant le paysage, il est reste "scotche" pendant les 2 jours ! Je suis contente que ca lui plaise.
Le deuxieme jour, le pilote du bateau a choppe un animal (une sorte de renard), lorsque je l'ai vu il etait encore avec ses poils et tout, ils l'ont fait cuire a l'arriere du bateau et quelques heures plus tard il etait dans les assiettes ! trop fort !
Le Mekong :

Luang Prabang.

Apres 2 jours de navigation nous arrivons donc a bon port. La ville aux 32 pagodes. Reconnu patrimoine mondial par l'UNESCO, c'est l'ancienne capitale du Laos et une des plus belles villes du pays. On est pas decu. Des notre arrivee nous avons ete seduits par cette ville au rythme nonchalant. J'ai finit par y passer une semaine entiere, c'est vous dire !
Une des raisons de la reussite de ce sejour : le choix de notre auberge, la Paphay Guest House. Je l'ai choisit un peu au hasard , de nuit qui plus est, et ce fut un vrai coup de coeur : Une vieille maison coloniale tout en bois, avec une terrasse et un petit jardin sur le devant. La proprietaire, Mme Yenh est encore plus attachante : elle a 70 ans, parle un francais impeccable et on devine en quelques minutes son caractere facetieux et energique.
La maison est vraiment branlante et tout ne marche pas toujours tres bien (entre autre on a l'impression que le ventilateur va se decrocher du plafond et nous decouper en morceaux lorsqu'il tourne !), mais cette demeure a vraiment un "petit plus", une ame quoi. De nombreux clients font demi-tour a cause des toilettes collectives et des parois en bambous tresse, ils ne savent pas ce qu'ils perdent...

Mme Yienh et mon pere :

Mme Yienh est un personnage. Infirmiere au Laos, elle a finit ses etudes de medecine en France pour revenir ensuite et travailler dans un centre de formation hospitalier. Aujourd'hui elle est vieille et tient cette auberge. Elle est cultivee et super ouverte sur tout. Entre autres, elle a un telephone portable et consulte ses e.mails !! Pas mal non ? Je crois qu'elle est tres touchee par le tandem pere-fille qui a debarque chez elle (comme partout en Asie, la famille est la chose la plus importante au Laos). Du coup elle nous a "a la bonne". En guise de petit-dejeuners elle nous sert des festins : des croissants excellents, du riz gluant rouge a la noix de coco, jus de fruit frais, cafe... c'est la classe.

Je vous rassure, nous somme tout de meme sortis de la guest house ! Pas question de rester entre 4 murs... La premiere chose qui surprend lorsqu'on se promene a Luang Prabang, c'est le nombre de moines que l'on croise. Il y en a des centaines ! (He oui normal, il y a plus de 30 temples !). Ca fait des petites silhouette orange fluo un peu partout, avec des ombrelles au dessus de la tete lorsqu'il fait trop chaud.
Tout laotien qui se respecte doit au moins une fois dans sa vie se faire moine pour une duree determinee, c'est generalement a la fin des etudes , avant de fonder une famille. Mais certains moines sont tres jeunes, on les appelles les "novices". Ceux-la sont generalement devenus moines car leur famille ne peut pas leur payer des etudes. On ne peut pas vraiment dire qu'ils aient la vocation et du coup ils sont un peu dissipes : ils sifflent les filles dans la rue (!), vont chatter sur internet ou jouent de la guitare le soir au pied des temples. Mme Yenh nous confirme : " ils sont trop jeunes, et personne pour les tenir, ce sont des garnements !" . Moi je trouve ca comique.

Ballade a velo a Luang Prabang :

Nous avons visite la ville et ses environs a velo ca ici la location de scooter est interdite aux touristes (trop d'accidents !).
Il fait une chaleur.... C'est simple, entre midi et 16h on ne peut rien faire au soleil. En dehors de la ville, des qu'on quitte la route principale, on se retrouve dans des chemins en terre caillouteux pas possibles, c'est tres vite la campagne, les buffles et les maisons de paille et de bambou sur pilotis.
L'architecture de Luang Prabang est charmante : un melange de maisons coloniales et de maison laotiennes, on a bien cherche, on a pas trouve un seul immeuble moche comme savent si bien le faire les chinois ! C'est surement grace a l'UNESCO, ils ne peuvent plus construire n'importe quoi maintenant ... La ville est parcourue de multiples petites venelles ombragees, les laotiens vivent la, bien au calme, entre 2 pagodes.
Mon temple prefere :

Dans la rue, nous assistons, impressionnes , aux matchs de ce sport pratique par les jeunes : le Kataw une sorte de volleyball, joue avec une petite balle en osier tresse. Les joueurs ne peuvent jouer qu'avec la tete et les jambes ce qui leur fait faire des acrobaties spectaculaires.

Un matin je me suis levee tot pour assister a ce spectacle etonnant : l'offrande aux moines. Tout les matins, vers 6h du matin , les laotiens s'agenouillent sur le trottoir et viennent donner du riz aux moines. Ca a commence comme un gag parceque la porte de la guest house etait fermee a clef , du coup j'ai du escalader la grille pour sortir ! Les moines du temple d'en face etaient plies ! Tout les moines viennent car cette offrande constitue leur unique repas pour toute la journee ! (mis a part quelques offrandes supplementaire de viande et de legumes faites directement aux temples). Cette ceremonie est particulierement frappante a Luang Prabang ou il y a tant de temples et de moines. A une heure donnee, tout les moines sortent avec leur gamelle qu'ils portent a l'epaule et se mettent en file indienne. Une immense file indienne orange. Chacun jette une poignee de riz dans la gamelle, parfois un gateau. Les plus jeunes moines sont souvent plus "gates"...

L'offrande aux moines :

Autant j'ai ete emue par cette ceremonie, autant j'ai ete choquee par le comportement de certains touristes venus y assister : en short, voir torse-nu pour certains (alors que la decence demande de couvrir jambes et bras), certains energumenes n'hesitent pas a mettre leurs objectifs sous le nez des moines ! J'ai honte parfois... Les agences d'Ecotourisme n'arretent pas de repeter les regles de comportements a adopter mais rien n'y fait. Deja certains vieux moines refusent de venir a l'offrande car ils se sentent importunes par ces etrangers venus les photographier comme des singes... Je n'aurai surement pas la plus belle photo, mais je suis restee discrete, en retrait et par mon attitude je pense avoir respecte ces gens. C'est bon pour mon Karma !

Ce matin, Mme Yenh nous prepare une petit dejeuner laotien : saucisses , riz gluant et viande sechee sucree au sesame... pas mal mais franchement, je prefere les croissants !

Une derniere biere Lao au bord du Mekong et ca y est, le jour est arrive ou nous devons nous dire au-revoir. Le temps est passe tellement vite ! Ces 2 semaines avec mon pere resteront toujours gravees. Pleins de souvenirs rien qu'a nous. Je suis contente d'avoir des parents jeunes et curieux qui peuvent me suivre dans mes aventures farfelues, c'est une chance non ?
Le tuk tuk est la, qui attend pour l'emmener a la gare routiere. Un embrassade et hop ! disparu le pater. Me revoila en solo. C'est toujours un moment etrange, ou l'on doit reprendre ses marques . En attendant il faut que je change de piaule, heureusement Mme Yienh a une simple pour moi.

Trek en montagne.
Luang Prabang c'est bien joli mais j'ai eu envie de faire un peu de marche en montagne. Je suis passee par une agence d'Eco tourisme pour un parcours de 2 jours. Nous somme 3 : un couple d'americain et moi meme plus le guide bien sur. Un tout petit groupe donc, c'est mieux. Au programme : 6 heures de marche le premier jour , nuit dans un village Khamu et 3-4heures de marche le lendemain. Je suis vraiment super bien tombee car Lisa et Colin, les 2 americains, sont supers sympas et on a vite sympatises. Lisa surtout est particulierement interessante, c'est une ex-ingenieur informatique qui est devenu artiste peintre. Elle a 36 ans, issue d'une famille de hippies-artistes et elle vit aujourd'hui de sa peinture, en californie. Elle a fait 6 mois d'etudes a Sciences-Po Lyon et du coup parle un francais plus que correcte.

En chemin on croise pleins d'enfants et des paysans (surtout des femmes) qui portent toujours quequechose sur leur dos.


On trouve aussi en chemin, une plantation ... d'opium ! C'est tout a fait illegal mais certains paysan en cultive encore car pour sur c'est plus rentable que le riz, le the ou le cafe ! Notre guide s'est faufile en courant dans le champ pour nous ramener un pavot, la fleur est entaille, preuve qu'ils recoltent le liquide precieux regulierement...
Fleur de pavot :

La marche en montagne est chouette sans etre sensationnelle. Ce qui fut memorable en revanche, c'est la soiree au village.

C'est un peu comme si on etait d'un coup propulse au Moyen Age, sauf qu'il y a une TV !
Maisons du village :

En arrivant, on pose nos sacs dans la hutte ou l'on dort, creves, et trempes de sueur, le guide nous dit "pour la douche c'est par la !" hummm une douche, j'en reve ! J'arrive au bout du chemin indique, en fait la douche c'etait .... la riviere !! (Ben oui, a la laotienne, ils ont pas de douche ici). Bon, quand il faut y aller il faut y aller, sauf que bonjour l'epaisseur de boue au fond ! Enfin c'etait comique et tout de meme rafraichissant. Lisa a eu moins de chance que moi car des momes jouaient au moment ou elle est venue se baigner du coup elle a du garder ses sous vetements !

Femmes a l'entree du village :

Les khamus sont une ethnie du Laos reconnaissables entre autre, au chapeaux des femmes. Ils parlent un dialecte different du laotien. L'agence ammene des touristes une fois par semaine dans leur village et leur reverse une somme tout les mois, ce qui permet de mettre du beurre dans les epinards. Et du beurre ils en ont bien besoin parceque franchement ils sont pauvres... Les enfants ont inventes un jeu avec 2 bouts de bois et le seul petit garcon qui a un "vrai" jouet (une voiture en bois faite a la main) , l'exhibe fierement et la repare en permence, tel un tresor. Les adultes font secher les ecorces d'arbres a meme le sol, elles serviront a fair du papier. Les enfants, tous pieds nus, manipulent tous des couteaux enormes eux aussi, pour tailler des bambous, des legumes, c'est assez flippant ! Comme en Amerique Latine, les enfants sont nombreux et les plus grands s'occupent des petits. Les cochons, les chiens et meme des troupeaux de chevres se promenent en toute liberte dans le village.
Ce mode de vie rural me fait beaucoup penser a ce que j'ai deja vu au Guatemala par exemple, meme denuement, memes activites quotidiennes, memes visages burines par le soleil.

Enfants du village :

Apres le repas (c'est notre guide qui cuisine), les enfants du village nous on rejoint et nous avons chante des chansons. Ils chantent avec coeur leurs chansons d'ecole en laotien en tapant dans leurs mains et nous improvisons des chansons des Beatles, chants de noel et comptimes pour enfants genre "Frere Jacques". Mais le top de la soiree fut une chanson-mime que j'ai utlise maintes fois en France lorsque je travaillais comme monitrice de colonies de vacances. Les enfants d'ici ne comprennent pas les paroles mais ils adorent imiter les mimes, ils me l'ont fait chanter 4 fois ! C'etait vraiment un moment emouvant.

Apres 2 bonnes heures de chants a la lueur de la bougie (!), le chef du village nous invite a entrer chez lui. Mais c'est en fait tout le village, ou presque, qui se reunit chez lui ! La raison est simple : c'est le seul qui a l'electricite et la TV ! Tout le monde s'assoit donc par terre pour regarder un espece de feuilleton laotien aussi niait que Santa Barbara mais avec plus d'humour. Pendant ce temps, les anciens du village on prepare un espece d'autel avec des fruits, des oeufs , de l'encens, des cordelettes blanches et des gateaux, je me demande bien ce que cela peut etre. Puis ils nous demande de nous mettre en cercle avec eux autour de l'autel, de tenir le plateau avec nos 2 mains et commencent a prier. Lisa, Colin et moi sommes de plus en plus perplexes ! Soudain, tout le monde se leve , prend une cordelette et nous prend les poignets pour nous attacher de multiples petits fils de la cordelette. Ca surprend ! A un moment j'en avait 3 a chaque bras qui m'attachaient des bracelets ! J'ai compris plus tard qu'il s'agissait d'une ceremonie de bienvenue pratiquee par cette ethnie. Ces bracelets portent chance et ils faut les garder jusqu'a ce qu'ils tombent d'eux memes. A l'heure ou je tape ces ligne, j'en ai encore 2 a chaque poignets !


Les gateaux, fruits et oeufs dur sont aussi pour nous. Mais une ceremonie de bienvenue ne serait pas complete sans le whisky local... le LAO LAO ! C'est une vieille dame qui lance les hostilites en nous servant un verre chacun. Elle trinque avec nous et nous ressert, cette fois c'est son voisin qui porte un toast, et hop un autre verre cul sec ! Lisa et Colin on un peu de mal a suivre la cadence... moi j'ai honte de reconnaitre que mes multiples sejours en Chine m'ont en quelques sorte "rodee" a ce genre d'exercice... Mais a la difference des chinois, ici lorsqu'on ne veut plus boire, ils n'insistent pas trop, ouf ! C'est un alcool de riz pas terrible et ca doit faire mal au crane le lendemain ce truc.
Comme si tout cela ne suffisait pas, histoire de faire glisser le repas, ils nous propose en fin de soiree ... des petits trucs blancs bizarres, je regarde de plus pres : ce sont des larves ! Beurk ! Non merci ca va aller !

Le ramassage des larves :
(les enfants en raffolent au petit dejeuner !)

Vers 22h nous prenont conge de nos hotes, quelle soiree incroyable ! Nous dormons sous une hutte en bambou tresse, a meme le sol, mais a la difference des khamus et parceque nous sommes etrangers, nous avons des petits matelas et meme une moustiquaire, c'est un hotel 5 etoiles quoi ! Les toilettes sont avec les chevres.

Reveil. J'ai super bien dormi grace a mes precieuses boules quies, par contre Lisa et Colin n'ont pas ferme l'oeil a cause des cochons qui faisaient un boucan d'enfer sous la hutte ! Trop drole ! Et puis Colin a la courante, il dit que c'est l'alcool de riz mais je moi je pense que c'est plutot la larve qu'il a voulu gouter... ;-)

Apres un petit tour a l'ecole pour dire au revoir au enfants, nous reprenons les sentiers de montagne.

Notre guide s'appelle Kam Pha. Ce surnom veut dire en laotien "sans parents". Ses parents sont en effet morts lors d'un bombardement americains de leur village dans les annees 70 (d'ailleurs le pays et truffe de bombes et de mines) ... Il etait tout petit et a survecu, horphelinats, temples... Il connait la foret comme sa poche et aujourd'hui, ironie de l'histoire, il emmene des touristes etrangers (dont des americains) en trek. Pas rancunier le gars... Kam Pha est d'ethnie Khamu, il nous montre comment les gens roulent leurs cigarettes ici , avec des feuilles de mais ou de bananiers. Il adore la nature et cela se voit. Lorsqu'il marche a cote de Colin c'est comique car il lui arrive au niveau de la poitrine (Colin est super grand), et comme le font les laotiens entre eux en signe d'amitie, il lui prend la main de temps en temps, Colin stoiquement se laisse faire ... Lisa et moi on est mortes de rire !

De retour a Luang Prabang, mauvaise nouvelle : ma chambre est prise. Je vais faire un tour dans le quartier mais ne trouve rien qui me plaise et qui ne soit pas trop cher. Mme Yienh prend pitie de moi et me laisse dormir dans une chambre double pour le prix d'une simple. Kop Joi Lai lai ! (Merci beaucoup !)
Le lendemain, je partage la piaule avec une australienne, passe la journee avec Lisa a peindre, papoter et me faire masser (rien a faire, les laotiens ne sont pas aussi doues pour le massage que les thai). Je suis aussi allee voir 2 films : "Geisha" et "Broken Flowers", je rattrape mon retard en cinema !!

Derniere soiree : j'ai une irrepressible envie de boire du vin rouge ! Il y en a plein ici, bien sur c'est un peu cher, mais c'est pas grave. J'invite Lisa, Colin et Suzy (une australienne de l'auberge) a un soiree "Vin rouge- vache qui rit " sur la terrasse. C'etait super.
Avec ma copine Lisa durant la soiree vin :

Et voila comment j'ai finit par passer une semaine entiere a Luang Prabang.

Je me dirige a present vers le sud du pays, en passant par Vientiane la capitale. Encore une douzaine de jours, avant de quitter le Laos. Je vous retrouve donc bientot pour la suite des aventures !