D'abord je suis arrivee a l'aeroport de Bangkok et quelqu'un etait la pour m'attendre, c'est la premiere fois que ca m'arrive depuis que je suis partie ! C'est super ! En plus ce n'est pas n'importe qui : c'est mon pere !

Il a eu quelques jours de conges et a fait le voyage jusqu'ici pour me retrouver, on va passer 2 semaines ensemble. Comme ca fait presque 1 an que nous ne nous sommes pas vus, on est vraiment contents.

Bangkok est une megapole asiatique qui tient toute ses promesses : pollution, embouteillages, bruit. Mais nous avons quand meme ete charmes par les innombrables marches de rues et par l'activite du fleuve qui traverse la ville du Nord au Sud. Le portrait du roi est omnipresent dans ce pays, on le voit partout ,ca surprend au debut et puis on s'y habitue. Je suis dans l'attente de mon visa pour le Laos, alors nous avons 2 jours devant nous.

Portrait du roi :

Vue de Bangkok depuis le fleuve

Premier jour : ballade en ville, visite des temples (ils aiment les dorures ici !),aller chercher notre billet de train pour le Nord. Nous faisons presque tout nos deplacements grace aux bateau-taxis qui sillonnent le fleuve, c'est super pratique, rigolo et ... beaucoup plus rapide que la route ! Le bateau a a peine touche l'embarquadere qu'il repart aussitot, il ne faut pas trainer on saute presque en route !
Deuxieme jour : ballade dans les klongs en "bateau longue queue". Les klongs sont ces cours d'eau situes a l'ouest de la ville, des qu'on les emprunte, on oublie qu'on est a Bangkok : tout est calme, nous sommes entoures de maisons en bois sur pilotis. La plupart sont dans un etat alarmant : certains auront bientot les fesses dans l'eau !



Notre bateau va, lentement, au fil de l'eau et on se regale. Dans la journee, nous avons eu la mauvaise idee de prendre un taxi vers 17h, et nous avons experimente les celebres bouchons de Bangkok, c'est bien simple les voitures ne bougent pas d'un poil ... Heureusement il y a de l'animation dans la rue, ca occupe...
Ca y est mon visa pour le Laos est pret ! C'est l'heure de quitter cette megapole bruyante, on est pas mecontents. Direction le nord du pays, par le train.

Notre train est minuscule : 3 wagons seulement et la zone fumeur sur la plateforme a l'exterieur entre 2 wagons (super dangeureux...). Notre trajet a dure 11 heures et j'ai beaucoup dormi (voyager ca fatigue je vous jure !). Au milieu du parcours, un moment a marquer d'une pierre blanche : nous avons deguste le fois gras et la mini bouteille de Monbazillac que mon pere avait apporte.... un bonheur ! J'ai quasiment mange la boite de fois gras a moi toute seule... Par contre pour le vin, mon pere m'a bien aide ! Un bon vin en regardant defiler le paysage de la campagne thailandaise, je vous jure c'est grand.
La preuve par l'image (bon je sais, le verre en plastique ca craint mais on avait rien d'autre !):

Arrivee a Chiang Mai. Nous mettons le cap sur une auberge vantee par le guide du Routard. Mauvaise pioche... l'auberge est jolie (et pas chere) mais le quartier et pourri et c'est rempli de francais plutot un peu beaufs.... (genre qui se plaignent sans arret et qui sont pas degourdis). Mais bon il fait nuit et les sacs sont lourds alors on reste.
Je me suis rendu compte tres rapidement que tout le monde ici prend mon pere pour ... mon mari ! C'est un peu genant mais je peux les comprendre car le tandem "pere-fille" n'est pas tres frequent en voyage et puis les couples avec de grandes difference d'age ca existe. Mais quand meme ca fait bizarre... Du coup lorsque je sens des regards un peu interrogateurs ou surpris je m'empresse de preciser le lien de parente ! "papa, papa !!" Comme mon pere fait tres jeune ca surprend tout le monde mais j'aime mieux ca !

Le lendemain nous louons un scooter pour explorer la ville et la region. Mais ATTENTION : ils roulent a gauche ici ! Tant qu'on est en ville ca va, c'est lorsqu'on va se retrouver dans des zones peu peuplees que ca va se corser... La ville est bien jolie, avec ses fortifications tout autour, ses superbes temples aux toits recourbes et ses multiples bouddhas (debouts, assis, couches ...). Par contre il y a du traffic (tout le monde circule en 2 roues ici), faut faire gaffe sur la route ! Pour se remettre de notre journee de scooter, j'ai traine mon pere a un salon de massage (pas trop son truc a priori ...). Les massages thai c'est top. J'avais super mal au dos et le gars m'a remis en place au moins 3 vertebres. J'avais l'impression de revivre en sortant. Quand au paternel, ma foi il a trouve ca pas si mal finalement ... !

Un des beaux temples de Chiang Mai :

Chiang Rai, 2 jours plus tard : enfin une ville de taille raisonnable. Nous logeons dans une auberge au fond d'une cour (calme) avec un petit jardin, c'est tres agreable. Le marche de nuit regorge d'artisanat pour les touristes, j'ai craque sur le travail d'une jeune artiste qui fait de la peinture sur bois, je lui ai achete 2 tableaux ( je profite d'avoir de la visite de mon sherpa de papa pour acheter des trucs qu'il pourra ramener avec lui !).
J'adore la signaletique de cette ville ! La classe non ?

2-3 affaires dans un petit sac, et hop ! nous voici partis pour 2 jours de moto dans la montagne. On nous avait prevenu que ca allait grimper et effectivement on a ete servis ! On a prevu le coup et on a loue une 125 cm3, ca grimpe mieux. C'est mon pere qui conduit et moi qui fait le co-pilote avec les cartes de l'office du tourisme que je plaque sur son dos. En plein dans un virage on a bien faillit se manger une voiture de face en conduisant ... a droite ! (Ben oui, on oublie des fois !...), cette frayeur ! Heureusement tout le monde conduit doucement ici, ca evite les degats...

En sortant de la ville, des panneaux indiquent les villages des femmes Karen. C'est une des "attraction" principale de la region : ces femmes-girafes qui portent des rangees de colliers qui deforment leur cou. C'est un vrai zoo humain, les touristes payent pour pouvoir coller leur objectif sous le nez de ces pauvres femmes qui posent telles des objets. Les minibus des tour-operators y vont tous. Je trouve cela absolument immonde.

Cueillette du the, au detour d'un village :


Apres une heure de route, notre fidele monture nous emmene jusque dans les villages de montagne. Les minorites Akka vivent la. Comme dans le sud Ouest de la Chine, ces minorites ethniques portent un costume traditionnel chatoyant et les femmes ont des chapeaux incroyables fait de pieces d'argent. Elles le portent meme pour travailler dans les champs (on l'a vu) comme quoi ce n'est pas du folklore pour les touristes... Ca a l'air super lourd et pas pratique du tout mais bon, ca doit etre la tradition. Lorsque nous arrivons dans ces villages recules, il y a toujours une ou deux femmes pour nous proposer des colliers ou des sacs, j'essaie de leur acheter une bricole et les negociations sont tres droles car tout le monde fait des mimiques. Les maisons sont plus que rudimentaires, en bambou et toit de paille, souvent construites sur pilotis. Les animaux sont partout, en liberte dans le village : cochons, poules, et meme buffles parfois !
Femme Akha :

Grand mere et bebe :

Ce jour la , en repartant d'un joli village apres une belle averse, notre scooter s'est fait la belle dans une descente boueuse : derapage a droite, glissade a gauche, reprise incontrolee du vehicule, et nous voila tout les deux dans le decor, tout ca en douceur avec une dizaine de thailandais qui nous cours derriere pour voir si on est pas tombes dans le ravin ! Super comique ! Comme on allait tout doucement et que le moteur etait froid on s'est pas fait mal du tout et on est reparti illico (en faisant super gaffe cette fois).
Le pilote et sa monture, bien protegee de la pluie (juste avant la gamelle !)


Nous avons fini la journee a Rummit, entoures d'elephants ! Autrefois utilises pour transporter le tek, les elephants sont aujourd'hui utilise a des fins touristiques. C'est un animal sacre en thailande, ils ont meme un hopital rien que pour eux ! L'endroit est assez frequente mais ca reste agreable. Alors que nous etions la bas, une averse digne de la mousson est tombe. Les mahouts (nom donne aux maitres des elephants), viennent se mettre a l'abris avec nous et crient des trucs a leurs animaux pour qu'ils restent tranquilles.

Bientot c'est une veritable inondation, plus un touriste a l'horizon ! Nos casques sont trempes et ce n'est qu'une heure plus tard que nous avons pu reprendre notre route.

Comment monter sur un elephant !

Mae Shan. Apres des tours et des detours, nous avons fini par trouver la seule guest house de cette ville morne sans aucun interet touristique, mais bien place sur notre itineraire. Nous sommes agreablement surpris par les chambres qui sont nickel, pourtant ils doivent pas voir beaucoup de touristes par ici...
Apres un petit dejeuner typiquement thai (gateaux roses, riz gluant, et autres choses non identifiees), nous reprenons la route. Cette fois, direction la frontiere birmane. On est pas loin du fameux "triangle d'or", croisement entre la Thailande, le Laos et la Birmanie, celebre pour son trafic de drogues en tout genre et surtout d'opium. La route est belle, des centaines de virages mais ca vaut la peine. Il y a beaucoup de vie au bord des routes et les montagnards vaquent a leurs travaux quotidiens : travail des champs, sechage du the, reparations en tout genre.
Cueillette du the :

Dans un des villages que nous traversons, tout le monde joue a un jeu de toupie qui se lance avec une ficelle. Le but du jeu et d'exploser la toupie du voisin avec sa propre toupie. Les momes m'apprennent et au bout de 2-3 essais infructueux j'arrive enfin a faire tourner l'engin. Manifestement ils ne sont pas d'ethnie hakka ici. Sur le point de partir, un homme m'aborde et je me rend compte qu'il parle chinois ! Incroyable ! Je crois qu'il est aussi surpris que moi d'entendre une occidentale parler chinois ! Il m'explique que tout le village vient du Yunnan, dans le sud-ouest de la Chine. Ce sont des refugies du Kuomingtang, le parti de Chang Kai Check (qui a perdu la guerre contre Mao). Il y a ainsi plusieurs villages "chinois" dans les montagnes thailandaises. Bien sur ils parlent tous le thai maintenant mais ils continuent d'enseigner le chinois a leurs enfants (comme tout les chinois du monde je crois). En quelques secondes, tout le village est au courant que je parle chinois ! Les visages se font moins mefiants et quelques jeunes hardis viennent me parler, curieux. Je suis tellement contente de pouvoir communiquer enfin... et aussi de pratiquer un peu cette langue que je n'ai pas eu l'occasion de parler depuis que je suis partie ou presque.
Halte a la "station service" locale, les poulets sont inclus dans le prix !

Au detour d'un chemin, nous nous arretons pour boire un the et de nouveau je tombe sur une famille de refugies chinois. Une vieille mamie de 80 ans, super dynamique et rigolote qui parle un mandarin parfait me prend en affection, on a passe un bon moment ensemble.


On roule, on roule. Plus on se rapproche de la frontiere birmane et plus on voit fleurir des drapeaux thailandais sur le bord des routes. On roule encore, toujours pas de poste frontiere. D'un coup je realise qu'on vient de passer sous une barriere (levee) et devant une table sur laquelle etait pose un talkie walkie... bizarre... Mon pere lui, fonce et n'a rien remarque du tout ! Je lui fait signe de s'arreter pour faire demi-tour et soudain on voit 3-4 militaires sortir comme des diables de leur cabane ! Ils devaient faire la sieste ou jouer aux cartes ! Ils ont tellement peu l'habitude de voir du monde ici qu'ils n'ont pas realise qu'on etaient passes mais c'est bel et bien l'armee thailandaise. Les derniers 5 km qui nous separent de la Birmanie sont interdits et ils sont la pour garder la "frontiere" (on ne rentre pas en Birmanie par les voies terrestre, sauf une entree par la Chine et encore, c'est a verifier...). Heureusement qu'on a fait demi-tour parceque de l'autre cote ils ne rigolent pas...

Avant de rentrer a Chiang Rai, un dernier petit detour :comme tout les panneaux sont ecrits en thai on ne comprend rien mais on voit une route avec un grand panneaux avec des menottes. Qu'est ce que ca peut bien vouloir dire ? Allez, on y va ! En fait, on n'a jamais su ce que c'etait. La route, en terre, etait un cul de sac de plusieurs kilometres, borde de plantations de fleurs et de clementiniers. Au bout du chemin, l'armee (encore !). Les militaires nous arretent, intrigues, ils controlent les papiers de notre moto et mon passeport. Le gars enregistre mon nom dans son cahier, attestant de notre passage ici ce jour la. Pas mechants, juste curieux et proceduriers. Mais il nous faut faire demi-tour, on ne passe pas ! Peut-etre qu'il y avait un centre de detention au bout, on ne saura jamais...

Nous sommes rentres a Chiang Rai apres ces 2 jours de motos, poussiereux et suants mais heureux ! Et on a fait des km mine de rien...

Un dernier tour au marche, histoire d'humer les parfums et de s'etonner sur les trucs bizarres qu'on ne manque pas d'y voir.
Un petit cafard grille pour l'apero , non ? un crapeau peut-etre ?

Sur le chemin du retour je me suis arrete pour visiter un temple et un jeune bonze m'a abordee. Il a une vingtaine d'annee et est devenu bonze pour pouvoir avoir acces aux etudes. Il adore les langues etrangeres et en parle pleins ! Par contre il n'est pas fana de meditation... Il est tres bavard et on a discute pendant une demi heure, je fais bien attention de ne pas l'approcher de trop pres, car les bonzes n'ont pas le droit de toucher une femme. Comme tout les thailandais, il a un surnom, le sien c'est "A" ! Etrange non ?
Mon pote le bonze bavard pose pour moi a l'interieur du temple :

Le lendemain nous filons vers la frontiere du Laos en bus. Le bus est un vieil engin super lent avec des ventilateurs poussifs qui tournent au plafond. Il s'arrete sans arret pour deposer des colis dans les villages sur le chemin ! C'est un peu les livraisons genre La Redoute mais la il laisse le paquet en plein milieu de la route ...

Le Laos... J'ai hate d'y etre... Si tout se passe comme prevu, nous allons descendre le Mekong pendant 2 jours sur un bateau pour rejoindre la ville de Luang Prabang. Sympa non ?
Devant le Mekong , de l'autre cote, c'est le Laos !

Je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour plus de details sur cette nouvelle destination ou je compte passer 3 semaines.

Les Gimeno pere et fille vous saluent bien !

Vous avez aussi le salut Thai du bonhomme Michelin!