Je suis arrivée au Costa Rica apres une longue journée de transport aérien. He oui pourtant le Guatemala c'est pas loin vous allez me dire, mais aucune compagnies de l'alliance One World , avec laquelle je fais mon tour du monde, n'a de vols directs entre ces 2 pays . Du coup, je suis obligée de passer par Miami ! Cool... Bon c'est pas grave, après tout j'ai le temps...


Lever Guatemala City 5 h du matin, arrivée a San Jose vers 20h. Ouf ! Heureusement j'ai degotté une super auberge avec une piscine, ca va me requinquer...%%

J'ai passé la journée du lendemain a lézarder au bord de la piscine, en attendant l'arrivée de ma 2éme visiteuse du voyage , ma maman !
Voyager avec ma mere , je dois dire que c'est une premiere, mais je suis sure que ca va etre chouette et je suis bien contente d'avoir pu lui permettre ce petit break sous les cocotiers en plein décembre , merci la carte de fidélite Air France ! . Il parait qu'il est tombé 1 m de neige a Annecy avant qu'elle parte, ca va etre le choc, car ici il fait beau et chaud.

A l'aeroport, c'est la galere , il n'y a pas de hall d'accueil pour les arrivées ! Tout le monde attend donc dehors, que les passagers sortent, et c'est la grande bousculade lorsque 3-4 vols se posent en meme temps ! Je me suis assise par terre, en attendant de voir passer un visage familier. Apres environ 1 heure et demi d'attente me voici récompensée.

Apres 6 mois sans se voir, on est evidemment contentes de se retrouver. Son sac pese une tonne, c'est a cause de tout les livres et magasines que je lui ait commandés ! Nous passons notre premiere soirée dehors, sous les cocotiers a papoter jusqu'a 2 heures du matin. Pour se remettre du décalage horaire, c'est top ! Maman passe aussi sa premiere nuit en dortoir ! Vous allez dire que je suis une fille indigne mais pas du tout, les dortoirs sont tres bien je vous jure et puis cela ne la dérange pas...

Première nuit en dortoir !

La poste de San Jose (seul batiment historique de toute la ville !)

La capitale du Costa Rica, San Jose, n'est pas, loin de la une merveille d'architecture. Apres un rapide tour au marche et une ballade au centre ville, nous décidons de mettre les voiles des le lendemain. Nous avons 12 jours en communs devant nous, autant voir le maximum de belles choses ! Notre premiere étape sera la region du Volcan Arenal, a 4 heures de bus de la capitale.
On dit que le Costa Rica est la Suisse de l'Amérique Centrale. Ce n'est pas faux. Les bus font preuve d'une ponctualité incroyable, les richesse naturelles - immenses- sont tres protégées et tout est si propre ! On voit que les gens prennent soin de leur pays ici. Saviez-vous que c'est aussi le seul pays de la region a ne pas avoir d'armée ? Du coup, pas de dictateurs et pas de guerres ici, les costa ricains en sont très fiers et ils ont bien raison.

Le volcan Arenal est célebre pour son activité intense et les coulées de lave visibles a l'oeil nu, un spectacle incroyable la nuit. Sa derniere eruption date de 1968 et a fait plus de 80 morts. Depuis il crache de la lave tout les jours et est devenu une attraction touristique importante de la région. Nous avons prevu d'aller l'admirer cette nuit accompagnées d'un guide. En attendant nous voici parties pour notre première découverte de la faune et de la flore costaricaine dans la jungle, toujours accompagnées d'un guide bien sur.
Toucans, singes araignes, aigles blancs, paresseux, nous avons vus de tres belles choses, mais heureusement que nous sommes avec un guide parceque toutes seules je ne suis pas sure que nous aurions vu quoi que ce soit !
Le taux d'humidite doit être proche de 100% dans cette jungle, on transpire alors meme que la nuit tombe et qu'il ne fait plus chaud du tout. Arrivés en haut de la colline, déception pour tous , le volcan est completement caché par les nuages. Cela arrive, on ne commande pas la nature, n'est ce pas ? En attendant un hypothetique dégagement des nuages, nous voici partis prendre un bain dans les sources d'eau chaude naturelles génerées par le volcan. Un délice ! Les bassins vont du tiède au brûlant et se baigner sous les étoiles est des plus agréable. Ca y est je crois, que maman a oublié la neige des Alpes... !

Le volcan Arenal a fait son timide toute la soirée et malgré tout les efforts de nos guides pour changer de point de vue, nous n'avons pas vu le moindre petit bout de lave ce soir la. Dommage ! Il parait que c'est vraiement un spectacle magnifique, il faudra revenir...

Le volcan Arenal

Après une petite matinée de shopping pour se consoler (!) nous voici partie en direction du centre du pays, Santa Elena. En traversant un lac, le volcan apparait presque entierement, on voit les traces de coulées de lave froide grise, c' est tres beau.
Un perroquet se prends d'affection pour la montre de maman lors d'une pause au bord de la route, c' est incroyable le nombre d' oiseaux qu'on trouve par ici.
"Mais lache ma montre !"

Le trajet jusqu'a Santa Elena est splendide: montagne, jungle, paturages de vaches à bosses et plantations de café se succèdent. La vallée mérite bien son nom de Monteverde, c'est en effet tres vert, il faut dire qu'il pleut 9 mois de l'année dans ce pays... Le chauffeur de notre minibus est un jeune qui nous a bien fait marrer pendant le trajet. Il nous explique que les chauffeurs de taxi au Costa Rica interpellent tellement les filles dans la rue que les députés ont voté une loi récemment pour que les filles puissent trainer les malotrus en justice ! Incroyable non ? Ils nous donne quelques exemples bien colorés des "piropos" d'ici, los malos y los buenos. ("piropos" : mot intraduisible en francais, désigne les interpellations envers une femme), ca tourne souvent autour du posterieur des filles et on a bien rigolé ! Je profite aussi des trajets en bus pour étoffer mon vocabulaire avec ma maman qui est espagnole d'origine, ah les verbes irréguliers et les subjonctifs ... je ne retiens pas tout du premier coup mais ca rentre,ca rentre ...

Autant le Costa Rica est un pays super propre et organisé, autant les routes sont dans un état catastrophique ! Je me m'explique pas pourquoi. En tout cas il y a tellement de nids de poule sur le bitume (lorsque qu'il y a du bitume...), que les gens roulent n'importe comment pour éviter les secousses, on se retrouve ainsi régulierement nez a nez avec un autre vehicule qui a changé de voie ! C'est meme un sujet brulant de politique a la veille des élection présidentielles qui se tiennent l'année prochaine. Apres avoir été bien ballotées donc dans notre minibus, nous voici arrivées a Santa Elena.

Santa Elena est une petite ville de ... 3 rues maximum, située entre 2 parcs nationaux. Nous arrivons en fin de journée mais il fait deja nuit, notre dortoir est un peu miteux mais cela fera l'affaire pour la premiere nuit, avant de trouver mieux. Nous passons cette premiere soirée a jouer aux cartes dans un bar génial, construit autour d´un gigantesque arbre. On est assis au niveau des branches et l´arbre déborde sur la rue, c´est trop chouette !
Le lendemain nous nous levons à l'aube pour visiter la forêt tropicale "à la fraiche". Nous empruntons un parcours de ponts suspendus, pour faire une ballade d'une heure dans la canopée.

A 400 m au dessus du sol ...

La vue est tres belle mais c'est dur de voir les amimaux sans l'aide d'un guide ! (surtout les oiseaux). Nous sommes recompensées en sortant de la foret : une dizaine de colibris sont la, a deguster du nectar posé la par le personnel du parc national. Il y en a de toutes les couleurs : violets, turquoises, rouges, verts, c'est magnifique ! Et quelle vitesse ! Les colibris donnent 50 battements d'aile par seconde, autant vous dire qu'on ne voit pas leurs ailes lorsqu'ils stationnent devant vous tels des helicopters !


Apres cette petite "pause colibri" des plus agréable, nous voici parties pour une petit ballade de 12 km dans la montagne. Direction : un joli point de vue sur le lac et le Volcan Arenal. Super chouette mais épuisant car il fait une chaleur écrasante. Au retour, nous avons fait du stop, un mec sympa nous a prises dans son pick-up.

Les gens d'ici sont d'une gentillesse et d'une politesse rejouissante : les "buenos dias" dans la rue sont systematiques et ils sont toujours pres a la causette, prompt a rigoler et a passer un bon moment. D'ailleurs l'expression utilise par tous ici "PURA VIDA" donne bien le ton du pays : ici on profite de la vie et je n'ai pas vu beaucoup de gens stressés ou désagréables. Pas trop vite le matin et tout doucement le soir... De toute facon s´énerver par cette chaleur c´est pas bon !!

En rentrant de note belle ballade, nous dégustons avec gourmandise la cuisine locale et changeons de chambre pour une petite sieste réparatrice. Ce soir, nous allons faire une randonnée nocturne (guidée) dans la jungle ... J'ai réussi a convaincre ma maman de me suivre ,malgre la perspective effrayante de voir des tarentules ENORMES ... !
Vers 17h30, nous voici donc parties, juste avant la tombée de la nuit. Le guide nous remet une lampe torche chacunes et nous voici en file indienne dans la foret tropicale. C'est assez impressionnant car tout les bruits de la forets sont demultipliés lorsqu'on ne voit plus rien. Au bout de 5 mn de marche, on est pas décues du voyage : au bord d´un trou dans la terre (qui s´avere etre son nid), une MONSTRUEUSE tarentule orange et noir. Elle fait facilement la taille d´une main d´homme, pleine de poils, brrr... Elle sort de sa taniere de nuit seulement pour chasser. Franchement c´est super impressionnant et moi je me tiens a distance du monstre, on sait jamais si elle saute !! A peine remises de nos émotions, nous nous enfoncons encore plus dans la jungle, sans faire de bruits. Les oiseaux dorment sur les branches, les insectes sont sortis, la chouette chante et encore 2 enormes tarentules au programme... Nous avons aussi vu la plus petite grenouille qui existe, à la taille adulte elle fait 2 cm, c´est trop mignon !
Entre la rando de l´après-midi et la marche du soir, ma mère est crevée la pauvre ! Ce soir là elle a pas dû mettre beaucoup de temps à s´endormir...

Après la jungle, notre prochaine étape sera logiquement : la mer. Nous prenons les bus locaux pour nous déplacer (beaucoup moins chers que les navettes pour touristes) mais sur ce trajet ce n'etait peut-etre pas un bon calcul : 2 changements et au total plus de 8 heures de route ! On est arrivées sur la cote Pacifique lessivées mais heureuses. Le village s' appelle Tamarindo. C'est un endroit connu pour etre un lieu de ponte des tortues Baulas, espece en voie d'extinction, parmi les plus grandes du monde.
Nous posons nos sacs a "La botella de leche" une auberge rigolote tenue par Mariana une argentine loufoque, tout est peind en "vache" avec des taches partout !
Apres ces 8 heures de bus, une petite baignade dans la mer ne se refuse pas... La plage est tres belle, et je crois qu' une fois de plus vous allez avoir droit au coucher de soleil ! Ce soir la nous l'avons vu en picniquant sur la plage, c´était royal...


Le lendemain, notre journée consiste à mettre de la crème solaire recto-verso sur la plage et a ramasser des coquillage pour les enfants de l´école où travaille ma mère. Pas trop violent comme journée ! Heu... je suis désolée si il fait -10 degres au moment ou vous lisez ces pages !
mere et fille ! Les stars !

Ce soir, nous partons pour essayer de voir une tortue Baulas de nuit.

Les tortues Baulas viennent pondre sur la playa grande de Tamarindo tout les 3 ans. Elles choisissent cette plage, inhabitée, pour son calme. La tortue pond environ 3 fois en l´espace de 1 mois et enterre ses oeufs dans le sable. A 20h, il fait nuit, nous traversons en bateau le petit estuaire qui nous sépare de la plage. Ma mere y trempe ses pieds sans savoir qu'il y a des caimans la dedans ! Apres s'être enregistrés dans le registre du parc national, l´attente commence: 1 heure, 2 heures, 3 heures.... heureusement que la nuit est douce et le ciel étoilé une merveille, car c'est long... Mais les tortues ne viennent pas sur commande ! Au bout de 3 heures, les guides nous regroupent : une tortue vient d´arriver sur la plage, tout le monde en rang ! 10 minutes plus tard : fausse alerte ! La tortue a fait demi-tour, le coin ne devait pas lui convenir ! Quelle blagueuse celle-lâ ! Cette fois il est presque onze heure et demi et il va falloir rentrer... Tout le monde est tres déçu mais c´est comme cela. Certains étaient déja installés dans le bateau retour lorsqu'un guide recoit un message sur son talkie walkie : 2 tortues viennent d´arriver. La premiere est a 2 km de nous mais le temps qu´elle remonte la plage, on devrait pouvoir la voir sans problème. Youpi !! Nous voici tous repartis, en file indienne, pour 2 km de marche au pas de charge dans le sable, en pleine nuit.

En arrivant , le guide nous montre les traces laissée par la tortue dans le sable : c'est bien simple on dirait qu'un tracteur vient de passer tellement elles sont larges ! C'est à peine croyable, je commence à réaliser la taille du bestiau... 10 m plus haut, la tortue est là, elle a commencé à creuser son nid. Il faut préciser que la tortue est en "transe" lorsqu'elle vient pondre et qu'elle ne remarque pas notre présence du moment que nous restons en demi-cercle derriere elle. Des scientifiques sont là de toute facon et veillent à ce qu'aucunes photos ne soient prises et que personne ne dérange l'animal. Franchement il faut avoir vu cela une fois dans sa vie, c´est magnifique : cette tortue de taille "moyenne" doit faire dans les 2 M de long et 1 M de large ! Elle doit peser dans les 400 kg sans problèmes. Elle creuse son trou sous elle avec ses 2 pattes arrieres mais une de ses pattes est handicapee alors elle s´en voit. Une scientifique nous explique que cette femelle est deja venu essayer de faire son trou 2 fois cette semaine, sans succes. Sa patte l'empeche de faire un beau trou et le sable retombe à l'interieur. Cette fois les scientifique l'aident a compenser son handicap en sortant le sable avec leurs mains. Après presque une demi heure de dur labeur pour cette pauvre tortue geante, ca y est ! Elle pond ! Au total plus de 50 oeufs, gros comme des oeufs de poule mais tout blancs et un peu élastiques. Et nous on est là pour voir ca ! C'est top ! Tres rapidement, elle recouvre tout ses oeufs de sable avec ses pattes arriere et tasse bien pour ne pas laisser de traces aux prédateurs, nombreux. Cette opération de camouflage peut prendre des heures et nous sommes partis bien avant afin de ne pas la déranger.
C'etait vraiment une soirée magique. Nous sommes rentrées a l'auberge a 2 heures du matin, mais ca valait vraiment la peine !

Le lendemain, apres une derniere demi -journée de farniente sur la plage (dur dur les coups de soleils pour ceux qui arrivent du froid ... ;-) , nous montons dans un bus en direction de San José, la capitale, etape incoutournable pour accéder a l'autre coté du pays : la cote caribéenne. J'en profite pour recharger mon appareil photo a l'auberge et laisser encore 2-3 bricoles en consigne.

Puerto Viejo est a quelques km seulement du Panama et c'est la que nous avons prévu de passer quelques jours. La route pour s´y rendre est déjà un enchantement : des kilometres de bananeraies longent la route et pour une fois le bitume n'est pas trop pourrie ! 4 heures plus tard nous sommes arrivées (comme on se lève super tôt, on est sur la plage pour midi !).
Puerto Viejo est mondialement connu des surfeurs pour sa grande vague, la " Salsa Brava". Certains sont venus vivre ici juste pour pouvoir la surfer tout les jours. Par conditions calme elle fait dans les 3-4 mètres mais elle peut atteindre, dit-on les 13m de hauteur !
La grande vague

Nous avons trouvé une petite chambre super chouette, un peu rustique mais avec vue sur la mer, juste en face de la vague ! C´te frime ... !! La propriétaire, Christina, est un poeme ... un personnage quoi ! Tres maternelle avec ses clients, elle prend tout le monde dans ses bras, va encourager les jeunes qui sont sur la vague, bref elle est cool ! Par contre, pour ce qui est de réparer la serrure de notre chambre qui ne marche pas... c'est pas gagné ... ici c'est les caraïbes faut pas être pressé mon gars ! Pura Vida ...
Christina et moi

La cuisine des caraíbes m´a tout de suite emballé : nous sommes allé mangé dans un "SODA" (sorte de resto populaire), tenu par une petite dame dynamique. Elle a une carte mais en fait on lui demande un peu ce qu'on veut... Pour moi ce sera poisson entier au lait de coco et riz blanc. Pour maman, une salade de fruit de mer a l'huile d'olive. Je vous dis pas le régale ! Un petit jus d'ananas par dessus ca et c'est la totale ! En face du resto, un grand black plein de dread locks essaie de pécher depuis une heure. Il n' a rien attrapé mais ca n´a pas l´air d´être bien grave, il fait une pause et va se couper une noix de coco pour en boire le lait, allongé dans sa barque... Pura vida !

Plage de sable noir a Puerto Viejo
Barques sur plage de sable blanc

Ici la population est black en grande majorité et la musique c'est le Reggea a tout les étages. Bien que circulant beaucoup a vélo, les rastas d'ici marchent pieds nus sur le bitume brulant, le plus souvent torse nu. C'est vrai qu'il fait chaud... La grande vague inspire le respect et nombreux sont ceux qui s´arrètent pour regarder un peu les virtuoses en action. Tout le monde ne s'aventure pas sur la Salsa Brava, entourée de récifs dangeureux. En tout cas on voit bien que ce ne sont pas des débutants et le spectacle est grandiose, on voit sur les photos que j'ai prises que la vague fait au moins 2 fois la taille des surfeurs, ca doit etre super flippant !
Ci-dessous, ma maman championne du monde de surf , en action (comment ça c´est pas possible ?!)

Ce soir là, j´ai fait la rencontre de Eric et Jim, deux surfeurs américains. La mama a dormir, la hija a bailar ! Je suis partie avec mes 2 bodyguards danser dans la boite locale, presque en plein air. Une soiree 100% reggae ! Ca faisait longtemps que ca m´était pas arrivé ! Très sympa.

Le lendemain matin, lever 6h du matin (j'ai donc dormi 4 heures... !), pour une ballade à vélo. Notre route nous mene jusqu´a Manzanillo, petite plage familiale. Sur la route, nous croisons un papillon bleu énorme , le Morpho Bleu, une splendeur. Les singes hurleurs sont aussi là et eux sont beaucoup plus impressionnants ! De loin on dirait qu`on entend une meute de chiens, mais non ce sont bien des singes. En entrant un peu dans la forêt, on les entends de part et d`autre de la route, les males poussent un cri tres grave et rauque, on dirait des gorilles, on faisait pas les fieres, prêtes a decamper sur nos vélos si l`un d`eux venait à nous poursuivre !
Enfin au delà des animaux, la flore est egalement superbe et luxuriante, les hibiscus poussent de partout et bien d`autres fleurs que je ne connais pas.

Pause baignade dans les vagues de Punta Uva

Apres cette pause de 2 jours a Puerto Viejo, nous faisons nos adieux a Christina qui nous a si bien acceuillie, pour nous rendre a 16km de là, a Cahuita.

On dirait que le temps s`est arrêtè dans ce village minuscule. Je ne sais pas si c`est a cause de la chaleur, accablante, mais tout est encore plus au ralenti qu´a Puerto Viejo ! 2-3 personnes zonent sur la toute petite place du village, les commercants se balancent dans leur rockin´chair, la ville est calme, calme, calme ...
Apres avoir dégoté une super chambre avec vue sur la mer pour pas trop cher, nous partons déjeuner au "centre". Là une mamie a installé ses gamelles au bord de la place et cusine un plat unique , le poisson au lait de coco. Sur que c`est delicieux ! La boisson est unique aussi , du jus de Tamarindo (une graine d`ici).

Tout en dégustant notre repas, nous prêtons l`oreille a nos voisins de table, il parlent une autre langue ici ! C`est l´anglais des caraïbes, un anglais incroyable, incompréhensible pour qui ne l´a pas appris ! Par exemple pour dire au revoir ils disent " All Right !". La mama qui nous sert a un posterieur qui doit faire au moins 80 cm de large je n`exagère pas, je n`ai jamais vu ça ! Elle porte une petite perruque a la Louise Brooks c´est trop drole ! Les gens ont tous l´air d´avoir fumé ici tellement ils sont relax, en tout cas ils on le sens de l´humour c´est sûr et toujours le mot pour plaisanter.
C' est le grand stress ici !




Nous sommes le 11 décembre et nous allons déja devoir rentrer a San Jose le lendemain. Ca passe tellement vite ! L´avion qui ramene ma maman en France décolle le 13. Je la vois ravie de ses vacances, de nos aventures , des gens et du soleil et ca me remplie de joie.

La pluie a fait son apparition sur le chemin du retour, pour la premiere fois depuis le debut de notre voyage. Encore un dernier petit coup de shopping pour les cadeaux de Noel et nous voici en train de faire les sacs dans notre fameuse auberge de San Jose. Je recupere mes affaires laissées en consigne et remet a mon messager un beau colis rempli de toutes les petites choses que je me suis achetée durant ces 3 derniers mois ! En échange, j´ai recupéré tous les Lonely Planet des prochains pays ou je passe, et ca aussi ca pèse lourd... !

Nous avons passé notre dernière petite soirée au bord de la piscine, a déguster un super repas et a sélectionner les photos que je vais mettre sur le blog (je vous dis pas la censure que j´ai eu du coté maternel, dur dur !!).

5 heures, le reveil sonne. Nous partons pour l´aeroport. Check in, taxe d´aeroport et ca y est c´est l´heure des au-revoirs. C´est jamais tres marrant mais l´humeur est joyeuse car on a passé des bons moments ensemble et ca va nous faire de supers souvenirs.

Je continue ma route en solo, très rapidement je reprends mes habitudes, rencontres avec d´autres routards et prévisions des jours a venir... La liberté quoi.

J´ai choisit de passer les quelques jours qu´il me reste dans un endroit reculé : Tortugero. Ce minuscule village entouré de canaux n´est accessible que par barque ou par avionnette. Il est célèbre pour sa grande plage qui acceuille les tortues vertes pour la ponte et c´est également un parc naturel protégé.
Sur la route, on croise une usine en plein milieu de la bananeraie :

Maisons traditionelles a Tortugero :

J´ai passé 4 jours et 3 nuits dans ce paisible village, j´y ai rencontré des gens vraiment sympas qui m´ont donné envie de m´y attarder un peu... Les 2 américaines avec qui j´ai partagé la chambre le 1er soir, Sandra l´espagnole, Sebastien et Audrey un couple de francais, Ever le colombien et les costa ricains d´ici sont bien sympas. Il n´y a presque pas de touristes ici et ma foi ça fait du bien...

Degustation de noix de coco avec Sandra :

Ce n´est pas la bonne saison pour voir les tortues mais j´ai quand même vu quantité d´animaux extraordinaires.
Nous sommes partis faire une excursion en canoë sur les canaux (il faut ramer mais c´est silencieux, mieux qu´un bateau a moteur pour voir les animaux), depart à ... 5h30 du matin ! (et vous appeler ça des vacances vous ?!). La nature est reine ici : singes hurleurs, singes araignés, iguanes de toutes tailles, oiseaux multicolores et petite grenouille rouge venimeuse, c´est un festival ! Quel régal !
Les iguanes sont particulierement impressionnant je trouve, ils prennent la couleur des feuilles sauf s´ils veulent attirer une femelle auquel cas ils sont tout rouge !

Le heron violet :

Un iguane tout rouge !

La jungle de tortugero

Regardez bien il y a un iguane vert la dedans !

Bananier :

L`après midi est consacré a la baignade (attention au requins !) et au papotage, bien callés dans les hamacs !
J´ai rencontré une espagnole et une costaricaine bien fétardes , vendredi soir c´est la fiesta ! Nous voila parties toutes les 3 dans la boite de nuit locale faite en ... roseau ! Il n´y avait pas grand monde mais franchement on s´est bien marrées quand meme et on a beaucoup dansé (reaggea et raggaton essentiellement) Nous sommes rentrées vers 2h du matin, nazes !
Fiesta time !

Il est temps de repartir vers San Jose. Pour mon dernier jour au Costa Rica (et en Amerique du Sud d'ailleurs), je vais aller visiter un village repute pour son artisanat : Sarchi.

Ils fabriquent surtout des charettes en bois peintes a la main. C'est assez joli, heureusement d'ailleurs car sinon le bled est pas terrible... Comme d'ailleurs la plupart des villes du Costa Rica, ils ont preserve la nature mais pour ce qui est de l'architecture urbaine, il y a des progres a faire... Sarchi est a environ 2 heures de bus de la capitale ce qui me permet d'avoir un dernier apercu de la campagne avant le grand depart...
Les charettes de Sarchi

Je passe ma derniere soiree ici avec des gens vraiment cools dont Eliane, une quebecoise de 50 ans vraiment chouette, qui voyage 6 mois de l'annee quasiment et va s'acheter une maison pliable !! Incroyable les gens qu'on rencontre en voyage ...

Ce matin, je pars. J'ai du mal a croire que je vais quitter l'Amerique du Sud, ces 6 mois sont passes tellement vite et j'ai tellement de bons souvenirs !
Apres 6 heures de vol jusqu'a Los Angeles, 9 heures de transit et encore 13 heures de vol (ouf !) , je serais arrivee a Brisbane- Australie ou m'attendent les amis avec qui je vais passer les fetes. Je pars le 19 et j'arrive le 21, c'est dingue non ?

CE QU'IL ME RESTERA DU COSTA RICA :

- Une emotion : la tortue Baulas, de nuit, sur Playa Grande

- Une expression : "PURA VIDA !"

- Une saveur : le poisson sauce coco et le jus de Guanabana

- Une experience : les tarentules , de nuit, dans la jungle

- Un grand souvenir : les 10 jours passes avec ma maman

- Un bonheur : " los Ticos" , les costa ricains, un vrai sens de l'accueil !

Je vous donne rendez-vous dans quelques semaines, après le réveillon. En attendant, courrez achetez vos cadeaux de Noel car il ne vous reste plus beaucoup de temps ! Ici, sous les cocotiers, ils ont beau nous mettre les chansons, on a du mal a croire que c´est Noël ... !




Muchos Besos,